PUBLICITE

Le CNRA prend des dispositions face à une maladie dans la palmeraie ivoirienne

Publié le 5 oct. 2022 à 19:21

  • Le CNRA prend des dispositions face à une maladie dans la palmeraie ivoirienne

Le centre national de recherche agronomique (CNRA) a décidé de prendre des dispositions pour faire face à la maladie Ganoderma qui menace la palmeraie ivoirienne, en évaluant les méthodes de lutte contre la pourriture basale du stipe du palmier à huile due au champignon du genre Ganoderma.

Cette volonté du CNRA a été affichée lors d’une mission d’évaluation à mi- parcours de deux projets de la filière palmier à huile, du 12 au 19 septembre 2022, dans les zones traditionnelles de production de palmiers à huile que sont les localités d’Aboisso, Anguédédou, Dabou, Grand-Lahou, Soubré et Divo, rapporte une note d’informations transmise à l’AIP.

Le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le Conseil agricole (FIRCA), l’Association interprofessionnelle de la filière palmier à huile (AIPH), et la  Fédération nationale des coopératives et unions de coopérative des planteurs de palmiers à huile de Côte d’Ivoire (FENACOPA-CI) et un cabinet d’évaluation ont pris part à cette mission de restitution qui a eu dans la localité de Divo.

« L’État a créé le CNRA pour soutenir et garantir une agriculture ivoirienne performante. De ce fait, des variétés tolérantes à la maladie sont en étude pour lutter efficacement contre cette maladie », a fait savoir le directeur de la recherche scientifique et de l’appui au développement au CNRA, Dr Konan Konan Jean-Louis, en soulignant que le palmier à huile est une spéculation très importante dans l’économie ivoirienne et dans la vie quotidienne.

Les acteurs de la  filière palmier à huile, pour leur part, ont demandé au CNRA de mettre en place la cartographie de l’évolution de la maladie dans la zone traditionnelle de production du palmier à huile qui s’étend du Sud-est vers la frontière du Ghana jusqu’à la frontière du Liberia. Car la maladie évolue et les attaques sont énormes.

Face à cette situation, le CNRA est entrain de créer des variétés tolérantes à la maladie. Deux espèces de champignons ont été isolés et des études seront menées pour voir leur degré de pathologie, rassure le Coordonnateur scientifique de la direction régionale CNRA d’Abidjan, Dr Sékou Diabaté et son équipe de phytopathologie et amélioration génétique du programme palmier à huile.

A l’origine la maladie nouvelle de type Ganoderma existe en Asie. C’est à partir de 2005 qu’elle a commencé à sévir dans la zone de productions industrielles de Palmci à Ehania. La maladie s’est propagée vers Eloka et dans la zone d’Anguédédou et de Dabou. Aujourd’hui, elle se trouve dans la palmeraie de Palm-industrie à Boubo et migre vers Soubré, a-t-on appris.