Un agent de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a été tué dimanche soir et neuf autres blessés dans l'attaque de leur véhicule par des éléments de Boko Haram dans la région de Diffa (sud-est) proche du Nigeria, ont annoncé lundi les autorités à l'AFP.

 

Un second tour de la présidentielle s'est tenu dimanche au Niger entre Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane. "L'attaque a eu lieu dimanche aux environs de 20h00 locales (19h00 GMT) après les opérations de vote. Bilan: un président de bureau de vote tué et neuf autres membres blessés", a précisé à l'AFP sous couvert de l'anonymat, un haut fonctionnaire de Diffa, théâtre depuis 2015 d'attaques des jihadistes de la galaxie Boko Haram. 

 

"Ce sont des éléments des Boko Haram armés qui ont attaqué le véhicule transportant des présidents, des secrétaires généraux (recrutés par la Céni) ainsi que des délégués des deux candidats à la présidentielle", a confirmé à l'AFP élu local. 

 

"Ils ont été attaqués près du village de Garin-Dogo (non loin de la ville de Diffa), alors qu'ils acheminaient les urnes contenant les bulletins et les documents électoraux à Gueskérou", une commune de la région, a souligné cet élu.

 

Les blessés ont déjà été admis dans un hôpital local pour des soins d'urgence, a-t-il assuré. Dimanche, sept membres locaux de la Céni ont été tués par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule dans la région de Tillabéri (ouest) proche du Mali, a annoncé à l'AFP le gouverneur de cette région. 

Le véhicule avait été affrété par la Céni de Tillabéri pour acheminer des responsables des bureaux afin de superviser le second tour de la présidentielle.

 

Début janvier, après le premier tour de la présidentielle, 100 personnes avaient été tuées dans l'attaque de deux villages dans la même région de Tillabéri, un des pires massacres de civils dans ce pays du Sahel régulièrement visé par des groupes jihadistes.

 

La double attaque a été perpétrée "par des terroristes venus à bord d'une centaine de motos", selon les autorités. Les régions de Tillabéri et de Diffa sont placées sous état d'urgence. 

La lutte anti-jihadiste reste un immense défi pour le prochain président du Niger: dans l'est, le groupe jihadiste nigérian Boko Haram attaque sans discontinuer la région de Diffa, et l'ouest est de plus en plus sous le joug d'un autre groupe jihadiste affilié à l'Etat islamique.