Un migrant a été retrouvé vendredi, vivant, dans un sac contenant des déchets toxiques sur le port de Melilla, une enclave espagnole située sur la côte nord du Maroc, a annoncé lundi la Garde civile espagnole.

 

Cette personne se trouvait "à l'intérieur d'un sac hermétique en plastique qui contenait des cendres volantes venant d'un incinérateur, ce qui est de la matière toxique recensée sur la liste européenne des déchets" toxiques, a-t-elle indiqué dans un communiqué. 

 

L'agent qui a découvert ce migrant a d'abord aperçu "la jambe inerte d'une personne", et a pensé que celle-ci était morte. Finalement, ce migrant a été "extrait (du sac) de cendres" et a "repris connaissance", a poursuivi la Garde civile.

 

Au total, 41 migrants tentant d'embarquer dans des bateaux pour entrer en Espagne "de manière irrégulière", ont été retrouvées vendredi à bord de camions et d'autres véhicules présents sur le port. 

Certains étaient cachés dans des conteneurs pleins de bouteilles et d'autres objets en verre destinés au recyclage, "avec de nombreux tessons".

 

En 2020, 41.861 migrants sont entrés illégalement en Espagne aussi bien par voie maritime que terrestre, un chiffre en hausse de 29% par rapport à 2019. Plus de la moitié de ces migrants sont arrivés sur des embarcations de fortune aux Canaries (23.023 personnes). Cet archipel espagnol situé au large des côtes africaines a connu une multiplication par plus de huit des arrivées de migrants illégaux l'an dernier.

 

Melilla, elle, a vu arriver environ 1.500 migrants en 2020. Melilla, comme l'autre enclave espagnole de Ceuta, possèdent les seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique. Ces deux enclaves sont considérées comme des points d'entrée privilégiés pour ceux qui veulent entrer clandestinement en Europe, soit en escaladant la clôture frontalière soit en nageant le long de la côte.