Présent au 12ème Salon International du Livre d’Abidjan (SILA), le Sénégal, pays invité d’honneur n’a pas misé sur les moyens. En effet, le pays de la Teranga a présenté 10 auteurs, dont la chroniqueuse télé, Rabia Diallo qui a à son actif deux parutions littéraires. Le samedi 21 mai 2022, dernier jour du salon, elle a dévoilé au grand public « Amours cruelles, beauté coupable » son dernier essai. Un livre dans lequel, elle invite les parents à avoir une communication permanente avec leurs enfants, dans un monde entièrement digitalisé.

 

« Amours cruelles, beauté coupable », est le premier ouvrage de Rabia Diallo, qui affirme avoir grandi dans un univers de livre. « Ma mère aimait lire et ça eu de l’influence sur moi » a-t-elle dit. Élève, Rabia a donc décidé de se mettre à lire, ce qui lui permettait d’avoir de bonnes notes en dictée et chemin faisant, elle se rend compte qu’à travers les livres, elle découvrait le monde et trouvait des réponses à toutes ses interrogations.

 

Au stand du Sénégal, pays invité d’honneur pour le 12e SILA, Rabia a surplombé les autres auteurs lors de la dédicace de son ouvrage. "Ma présence au salon est de nouer des partenariats, trouver un éditeur pour mon prochain livre et travailler sur de nouveaux projets, tels que le livre audio" fit-elle savoir, mais en attendant, elle a profité pour présenter son roman-fiction « Amours cruelles, beauté coupable ».

 

Son roman raconte l’histoire d’Iman, une jeune fille qui a d’énormes difficultés à comprendre la dureté avec laquelle ses parents l’éduquent.

 

Dans cette œuvre, l’auteur jette également un regard d’une part sur les parents qui veulent surprotéger leurs enfants, à cause des affres de l’existence et d’autre part, une jeune fille qui veut découvrir le monde et tout ce qu’il renferme. Malheureusement, elle se heurte à tout ce dont ses parents voulaient la protéger.

 

Ce livre parle du conflit de générations entre les enfants et leurs parents. Un défi à relever sur le terrain du dialogue et de la compréhension.

 

"J’insiste sur la nécessité de communiquer en permanence avec ses enfants, j’invite également les parents à essayer de comprendre l’état d’esprit de leurs enfants" souhaite-t-elle. Pour Rabia, cette communication passe nécessairement par l’amour, le respect, la bienveillance, l’empathie, mais, avec de la rigueur.

 

Paru aux éditions l'Harmattan Sénégal, c’est un condensé de 179 pages dans lequel l’on retrouve joie, peine et déception.