"La Covid-19 : l’avenir du travail en Afrique et le nouveau paysage numérique", tel est le nom du dernier rapport d’Africa’s Pulse sur la Banque mondiale, qui est consacré à la situation économique en Afrique. Ce semestriel aborde le sujet des mesures adoptées pour éradiquer les nouvelles vagues du coronavirus et le déploiement des vaccins.


L’économie de certains pays Africains a pu faire face à la pandémie de COVID-19 grâce à de nombreux facteurs. Par exemple, le virus s’est propagé plus lentement que prévu et a occasionné moins de victimes sur le continent Africain.

Selon les prévisions de croissance, on note une progression entre 2,3 et 3,4 % en 2021. Avec un taux d’infection supérieur de 40 % à celui de la première vague, la deuxième vague risque de modifier négativement ces statistiques. Bien que dans certains pays le taux de contamination a baissé grâce aux mesures de confinement, c’est tout le contraire pour d’autres, qui eux ont vu observer une augmentation des cas. Aussi Pour l’année 2022, la croissance du PIB est estimée à 3,1 %.


Les pays d’Afrique subsaharienne et les pays dépendants de l’extraction minière devraient enregistrer un rebond solide en 2021. Pour ce qui est de l’Afrique de l’Est et australe, en dehors de l’Afrique du Sud et de l’Angola, l’activité économique devrait rebondir de 2,6 % en 2021 et de 4 % en 2022. Quant à l’Afrique de l’Ouest et centrale, le PIB réel devrait progresser de 2,1 % en 2021 et de 3 % en 2022.

Les douze prochains mois seront décisifs pour permettre à la zone de libre-échange continentale africaine d’accélérer l’intégration des pays d’Afrique dans les chaînes de valeur régionales et mondiales.

 

COVID-19 : l’action du Groupe de la Banque mondiale

La Banque mondiale a pris des mesures fiables en vue d’aider ces pays à faire face aux conséquences liées au coronavirus.

En effet, l’institution prévoit mettre à disposition de ces pays environ 6 702 Milliards de Franc CFA.

Cette somme est destinée à aider les pays à revenus faibles et à assurer l’achat et la distribution de vaccins, de tests et de traitements anti-COVID et surtout à renforcer leurs systèmes de vaccination.


En rappel, la Banque mondiale vient en aide actuellement à plus de 100 pays en vue du renforcement de leurs systèmes de santé et l’installation des conditions propices à la préservation des moyens de subsistance et de l’emploi pour les populations les plus durement touchées.