Le Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a reculé deux fois moins que prévu au premier trimestre, a annoncé mardi l'Office européen des statistiques, tout en confirmant une récession technique sous l'effet des restrictions sanitaires.

 

Le PIB des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a baissé de 0,3% entre janvier et mars, par rapport au trimestre précédent, selon une deuxième estimation d'Eurostat. La première estimation publiée fin avril faisait état d'une chute de 0,6%.

 

Ce repli fait suite à une baisse de 0,6% au quatrième trimestre 2020, elle aussi un peu moins forte que prévu. Eurostat annonçait jusqu'ici -0,7%.

Un recul du PIB sur deux trimestres consécutifs définit techniquement une récession.

 

La plupart des experts s'attendent cependant à un fort rebond de la croissance au deuxième trimestre (avril-juin) grâce à la levée progressive des restrictions sanitaires qui ont freiné l'activité notamment dans les services liés aux transports, à l'hôtellerie-restauration et au tourisme.

 

Le PIB a été revu à la hausse dans les mêmes proportions pour l'ensemble de l'Union européenne. Il a reculé de 0,1% au premier trimestre, par rapport aux trois derniers mois de 2020, contre -0,4% annoncé précédemment.

 

Sur un an, la baisse du PIB est aussi moins forte qu'anticipé. Le PIB du premier trimestre de la zone euro a reculé de 1,3% par rapport à la même période de l'an passé (contre -1,8% calculé auparavant) et celui de l'UE de 1,2% (contre -1,7%).