PUBLICITE

Le ministère de la Femme annonce la redynamisation des structures socio-éducatives de base

Publié le 18 oct. 2022 à 07:50

  • Le ministère de la Femme annonce la redynamisation des structures socio-éducatives de base

Le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant (MFFE) envisage la création de structures socio-éducatives de base et le renforcement de leurs capacités afin d’améliorer l’accès des populations à des offres de service de qualité, annonce le directeur de cabinet, Moussa Diarrassouba.

En procédant, le lundi 17 octobre 2022, au lancement de la rentrée solennelle de ces établissements au Complexe socio-éducatif de Cocody Nord, le collaborateur de la ministre Nassénéba Touré a ainsi justifié le thème de cette année scolaire, à savoir "Redynamiser les structures socioéducatives de base pour une meilleure protection de l’enfant et la promotion des familles".

"En effet, la persistance des violences basées sur le genre, la question des enfants en situation de rue et ou en conflit avec la loi, la prise en charge des populations les plus défavorisées et les plus vulnérables, la nécessité de la promotion des familles et la protection des enfants, sont autant de défis qui nous mobilisent", a-t-il assuré.

Quant à la directrice de la Coordination des établissements et services à caractère social de protection de la petite enfance et des complexes socio-éducatifs, Koutouan Félicité, elle a égrené des résultats de l’année scolaire 2021-2022, placée sous le thème "Structures socio-éducatives de qualité pour le bien-être de l’enfant, l’autonomisation de la femme et l’épanouissement de la famille".

Ainsi, les structures, établissements socio-éducatifs de base et les complexes ont enregistré 17 575 enfants, soit 51,98% filles et 48,01% de garçons pris en charge par 102 CPPE publiques, 104 privés, 136 CACE et quatre crèches garderies; l’installation de 139 comités de protection de l’enfant; la prise en charge de 4 586 enfants victimes d’abus, de viol et de violences diverses de protection de l’enfant au sein des plateformes dédiées; la prise en charge par les 79 plateformes de 6 040 cas de violences basées sur le genre (VBG) dénoncées; la prise en charge de 191 953 OEV (orphelins et enfants vulnérables) et 79 162 membres de leurs familles.

Toutefois, des difficultés demeurent dont l’insuffisance des ressources humaines, l’absence d’Arrêté de création des structures ; le délabrement de plusieurs structures ; le manque de moyens de mobilité ; l’absence de dotation budgétaire pour les structures à l’intérieur des complexes ; l’insuffisance d’équipements surtout des CACE ; l’insuffisance des structures de base.

Les structures socio-éducatives de base comprennent les Crèches Garderies, les Centres d’action communautaire pour l’enfance (CACE), les Centres de protection de la petite enfance (CPPE), les Centres sociaux, les Centres d’éducation spécialisée et les Complexes.