PUBLICITE

Ban_Cash RTI

Gibraltar : l'Espagne et l'UE proposent à Londres de supprimer le poste-frontière

Publié le 25 nov. 2022 à 20:40

  • Gibraltar : l'Espagne et l'UE proposent à Londres de supprimer le poste-frontière

L'Espagne et la Commission européenne ont proposé au Royaume-Uni la création d'une zone de libre circulation des personnes et des biens avec Gibraltar, supposant la disparition de la fameuse "Grille" séparant cette enclave britannique de l'Espagne, a annoncé Madrid vendredi.

Cette proposition implique que "l'Espagne assume le contrôle au nom de l'Espace Schengen des frontières extérieures de Gibraltar et, pour cela, qu'elle puisse exercer certaines fonctions et compétences nécessaires pour protéger l'intégrité et la sécurité de l'Espace Schengen", explique dans un communiqué le ministère espagnol des Affaires étrangères.

L'objectif de ce plan, qui a été transmis au Royaume-Uni, est "la suppression de la Grille", pour "garantir la pleine fluidité du transit des personnes" et des biens, dans le cadre de la création d'une nouvelle "zone de prospérité partagée", poursuit le ministère.

Fin 2020, Madrid et Londres étaient parvenus in extremis à un accord-cadre sur Gibraltar, pour faire en sorte que cette enclave britannique située au sud de l'Espagne bénéficie des accords européens de Schengen, malgré le Brexit. Les détails de cet accord restaient cependant à définir.

Les règles de Schengen garantissent la libre circulation des personnes et des biens entre ses 26 membres, parmi lesquels 22 appartiennent à l'Union européenne. Or Gibraltar ne peut pas devenir membre de Schengen, n'étant pas un État souverain.

La plan proposé par Madrid et Bruxelles prévoit notamment que "l'Espagne, au nom de l'UE, exerce le contrôle et la protection du marché intérieur, dans la mesure où les contrôles douaniers entre l'Espagne et Gibraltar disparaîtront".

Les conditions d'une concurrence "juste et loyale" seraient aussi maintenues pour les acteurs économiques et les droits des travailleurs transfrontaliers renforcés, précise le gouvernement espagnol.

Dans un communiqué, le chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, s'est dit "très satisfait" par les propositions du gouvernement espagnol, disant être "en accord" avec ses objectifs et optimiste sur la possibilité de "conclure avec succès les négociations".

Le responsable de l'enclave britannique a par ailleurs rappelé avoir fait lui aussi des propositions, ensemble avec le Royaume-Uni, pour fluidifier le transit entre l'Espagne et Gibraltar. Parmi elles figure "la suppression des barrières commerciales", souligne le communiqué.

"Nous voulons tous un accord cette année et continuons à travailler dans ce sens", insiste M. Picardo, soulignant que ce sujet sera abordé au cours d'un nouveau cycle de négociations entre le Royaume-Uni et l'UE prévu à Londres pour les 28 et 29 novembre.

Près de 15.000 personnes, pour la plupart des Espagnols, passent chaque jour la frontière pour se rendre dans ce territoire britannique de quelque 34.000 habitants afin d'y travailler.

Dans son communiqué, Madrid précise que "la position de l'Espagne sur la souveraineté et le statut de Gibraltar reste inchangée", une référence au fait que Madrid continue de revendiquer la souveraineté sur ce promontoire rocheux, rattaché au Royaume-Uni depuis le traité d'Utrecht de 1713.