La campagne présidentielle française a connu une accélération dimanche avec la candidature de la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo et le choix du leader d'extrême droite Marine Le Pen de transmettre la direction de son parti pour se consacrer à l'élection.

 

Marine Le Pen, déjà finaliste de la présidentielle de 2017 est très bien placée dans les sondages pour se qualifier au second tour en 2022. Mme Hidalgo, dont c'est la première candidature, est loin derrière dans les intentions de vote.

 

Si Mme Le Pen risque de faire face à l'éventuelle candidature du sulfureux éditorialiste Eric Zemmour, Mme Hidalgo se lance dans un paysage politique encombré par de nombreuses candidatures de l'extrême gauche aux socialistes en passant par les écologistes.

 

Marine Le Pen, 53 ans, a transmis à son numéro deux Jordan Bardella la direction du Rassemblement national (RN) et détaillé son programme dans un discours à Fréjus (Sud), tandis que Mme Hidalgo, 62 ans, a confirmé qu'elle était candidate lors d'une allocution à Rouen (Ouest).

 

A sept mois du premier tour, la première a déployé son slogan de campagne, les "libertés", pour aborder certains de ses thèmes de prédilection.

 

Elle a ainsi promis un référendum sur l'immigration dès son élection et la plus grande fermeté dans la lutte contre la criminalité, promettant de mettre "les délinquants français en prison, les étrangers, dans l'avion", ou encore de restaurer l'autorité publique dans les "narcocités ou les zones talibanisées".