PUBLICITE

Ban_Cash RTI

L’OIM présente les résultats de son projet « Renforcer la sécurité et la cohésion sociale aux frontières nord de la Côte d’Ivoire »

Publié le 26 sept. 2022 à 21:50 Modifié le 29 sept. 2022 à 18:26

  • L’OIM présente les résultats de son projet « Renforcer la sécurité et la cohésion sociale aux frontières nord de la Côte d’Ivoire »

L’Organisation internationale pour les migrants en Côte d’Ivoire (OIM) en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et de la sécurité, ont organisé un atelier de clôture du projet « Renforcer la sécurité et la cohésion sociale aux frontières nord de la Côte d’Ivoire » (RECOSOC), le vendredi 23 septembre 2022, à Abidjan.

L’Organisation internationale pour les migrants en Côte d’Ivoire (OIM) en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et de la sécurité, ont organisé un atelier de clôture du projet « Renforcer la sécurité et la cohésion sociale aux frontières nord de la Côte d’Ivoire » (RECOSOC), le vendredi 23 septembre 2022, à Abidjan. Cette rencontre a permis de présenter les résultats dudit projet. Financé par le gouvernement du Japon, ce programme a pour objectif de soutenir le gouvernement ivoirien dans le renforcement de la sécurité et la stabilisation des communautés aux frontières nord de la Côte d’Ivoire.

L’Organisation veut contribuer au renforcement de la cohésion sociale à travers des créativités de sensibilisation, de promotion, de dialogue et de support à l’amélioration d’infrastructures sociales de base.

Letizia Tirone, chef de mission de l’OIM en Côte d'Ivoire a indiqué que cette initiative s’inscrit dans le cadre de la réalisation des objectifs d’amélioration de la sécurité aux frontières ainsi que de la promotion de la cohésion sociale dans la poursuite de la stabilité, dans les zones ciblées.

Poursuivant, elle a mis en évidence les activités conduites par l’OIM à savoir, la construction et l’équipement de 02 postes de polices frontières à Massala et Dioronzo; la fourniture de matériels sanitaires et d’équipements de protection individuelle dans les communautés des sites identifiés ainsi que de Kofina et Minignan.

Elle a aussi contribué à la formation de 87 agents en matière de gestion des frontières, de la traite des personnes et trafic illicite de migrants ; la facilitation de 03 rencontres transfrontalières avec le Burkina Faso, rassemblant les autorités administratives ainsi que les forces de défense et de sécurité et les services de santé des 02 pays.

Tout ceci a permis d’élaborer des plans d’actions stratégiques, concernant les zones des frontières ; la mobilisation communautaire pour le renforcement de la cohésion sociale et la promotion du dialogue communautaire à travers la facilitation de nombre d’activités.

En outre, l’OIM s’est investie dans la conduite d’une étude de perception sur la sécurité et la gestion de frontières dans la région du Tchologo, le support au renforcement des 04 comités de dialogue locaux existants avec la participation des communautés transfrontalières, y compris les femmes, les jeunes et les migrants.

Le représentant du ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Adama Ouattara, a pour sa part, exprimé sa gratitude à l’endroit de l’Organisation internationale pour les migrants en Côte d’Ivoire (OIM) pour ses réalisations. « Que dire de l’OIM qui met en œuvre tous ces projets. Cette Organisation nous accompagne techniquement avec un engagement actif. Je voudrais lui exprimer ma gratitude », a-t-il relevé.

Cet atelier a également permis de faire l’inauguration symbolique des 02 postes de police frontalière construits à Massala-Barala et à Dioronzo-Somotou, de remettre symboliquement les équipements desdits postes et de formuler des recommandations en vue de renforcer les mécanismes de pérennisation du projet.

Selon Sugiyama Hiroki, représentant l’Ambassade du Japon en Côte d’Ivoire, le Japon a offert environ 1,9 million de dollars, soit 1,269 milliards FCFA à l’OIM pour le financement de ce projet. Pour lui, « la paix et la stabilité de l’Afrique sont des éléments indispensables pour le développement économique de ce continent ».

Pour rappel, l'OIM est la principale organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration et travaille en étroite collaboration avec les partenaires gouvernementaux, intergouvernementaux et non gouvernementaux. Dédiée à la promotion de la migration humaine et ordonnée pour le bénéfice de tous, elle a été fondée en 1951.