PUBLICITE

MyOp_970x90

Sénégal : Quand la question du 3e mandat et l'effet football planent sur la présidentielle

Publié le 10 oct. 2022 à 19:19

  • Sénégal : Quand la question du 3e mandat et l'effet football planent sur la présidentielle

J’ai lu un article de Jeune Afrique sur le Sénégal intitulé "Sénégal : la coalition présidentielle peut-elle perdre sa majorité ?" publié ce 10 octobre 2022. Je note que le débat sur le troisième mandat au Sénégal n'est pas identique à celui de la Côte d’Ivoire.

En effet, échaudé par l'expérience Wade, le Sénégal avait pris soin de verrouiller les choses dans la constitution modifiée sous Macky Sall et d'y inscrire une disposition qui n'existe pas encore en Côte d'Ivoire, qui n'existait pas à l'époque de Wade, mais qui existe à présent au Sénégal.

Toutefois cette disposition mérite à nouveau d'être clarifiée. En effet, même si elle ne permet pas une candidature de Macky Sall en 2024, en revanche Macky peut être à nouveau candidat en 2029, soit 5 ans après.

Ainsi, dans le cas ivoirien, n'eût été la disposition de la non-rétroactivité de la loi, ainsi que les changements ayant permis cette candidature.

En effet, le maintien par exemple de la limite d'âge des candidats n'aurait pas rendu possible un ou deux mandats supplémentaires pour Ouattara malgré la nouvelle Constitution et le principe de la remise à zéro. Un tel principe se serait buté à la question de l'âge.

Un citoyen ayant déjà fait deux mandats, peut à nouveau être candidat cinq ans après la fin du second mandat qui en réalité n'est pas définitif à vie, en l'absence d'une mention expresse dans la Constitution.

La Constitution ivoirienne permet en réalité plus de deux mandats. Par contre, ce qu'elle empêche, c'est d'être rééligible plus d'une fois, lorsque le candidat est déjà Président.

Ainsi, un Président peut décider de ne pas se présenter à la fin d'un mandat en cours. Puis à l'élection suivante cinq ans après, s'il est élu à nouveau, il peut avoir une autre candidature et un autre mandat pour cumuler au total trois mandats de façon légale et constitutionnelle.

Au Sénégal, cela reste possible sur 20 ans de faire trois mandats de 15 ans au total, mais impossible de faire plus de deux mandats consécutifs (comme il est impossible d'être re-éligible en Côte d'Ivoire plus d'une fois).

Mon sentiment est que Macky ne sera pas candidat ou plutôt qu'il ne peut pas être candidat(...)

Mon sentiment est que Macky ne sera pas candidat ou plutôt qu'il ne peut pas être candidat, étant entendu que le Sénégal avait déjà eu une expérience de cette nature, que la Côte d’Ivoire n'avait pas connue, et que le pays avait pris les dispositions pour que cette situation n'arrive pas. En effet, Wade avait déjà utilisé le principe de l'adoption d'une nouvelle Constitution pour être candidat. C'est alors que Macky a fait adopter une modification pour éviter que cette situation soit à nouveau possible, malgré l'adoption d'une nouvelle Constitution.

Contrairement à la Côte d’Ivoire qui devrait engager un processus pour mettre fin aux interprétations liées à une modification de la Constitution qui ouvre des perspectives avec le changement de l'âge limite des candidats (alors que s'il n'y avait pas eu de changement, ni Ouattara ni Bédié n'aurait pu être candidat), le Sénégal semble avoir pris des dispositions à cet effet à l'initiative de Macky Sall.

En tout état de cause, au-delà des "doctrines", et débats en cours, le Sénégal se souviendra de la leçon faite à Wade (...)

En tout état de cause, au-delà des "doctrines", et débats en cours, le Sénégal se souviendra de la leçon faite à Wade, battu dans les urnes. Ainsi malgré son bilan apparemment solide, Wade a été victime du refus du mandat de trop et de son incapacité à se trouver un successeur face au soupçon de préparer le terrain pour son fils Karim.

Je note aussi que l'addition des voix de chaque coalition met en première position l'opposition face au parti au pouvoir, en dépit des entraves que l'opposition dit avoir subies avec notamment l'absence de certains de ses ténors comme candidats suppléants. C'est un élément qui doit alerter.

Macky pourra-t-il renverser la tendance ? L'opposition saura-t-elle taire ses divergences dès le premier tour, ou va-t-elle jouer la carte du second tour, qui a été toujours favorable à l'alternance au Sénégal aussi bien avec Diouf, qu'avec Wade, malgré des avances à priori considérables pour le Président sortant après le premier tour ? Ce sera dans la période de la Can 2024 en Côte d'Ivoire.

Au passage l'effet football, l'effet de gagner une Coupe d’Afrique des Nations (CAN), d'être qualifié pour le Mondial (qui n'a pas donné un second mandat à Hollande sous qui la France a remporté le Mondial), ne semble pas avoir boosté particulièrement Macky lors des dernières législatives gagnées plutôt de justesse. On pourrait peut-être dire que si les Lions n'avaient pas gagné, Macky aurait perdu ? Et que s'il a gagné de justesse, cet grâce au fait que le Sénégal a gagné la Can au Cameroun et s'est qualifié pour le Mondial ?

La démocratie est le pire des systèmes à l'exclusion des autres ! Ça vaut mieux que les putschs.