Dans le but d’accompagner le développement durable territorial, en harmonie avec le Plan national de développement (PND 2021-2025), le District autonome des montagnes a sollicité l’expertise d'une structure spécialisée. Pour matérialiser cette volonté, une convention cadre de partenariat a été signée le mardi 28 juin à Abidjan, entre le District autonome des montagnes et le Programme français d'appui aux stratégies sociales (PASS).

 

L'objet de cette convention est de créer une synergie d’accompagnement du développement durable territorial, en aidant les communautés à devenir plus résilientes. Cela passe inéluctablement par la mise en œuvre de stratégies, programmes et services.

 

 Il s’agit, concrètement, pour le ministre-gouverneur dudit district, Albert Flindé, représentant la première partie, de contribuer à la formation des cadres et élus locaux (renforcement des capacités), à la mise en œuvre des politiques étatiques de développement, de partenariats techniques et financiers.

 

Selon le premier responsable du district autonome des montagnes, l’initiative de cette convention cadre est née du constat du faible niveau de l’Indice de développement humain (IDH), (source du Ministère du Plan et développement), qui caractérise ce district de 3 régions administratives et 13 départements.

 

"C'est vrai que sous la houlette du président de la République, Alassane Ouattara, le Gouvernement a entrepris plusieurs projets de développement pour les questions d'eau, électricité et routes en Côte d’Ivoire. Cependant, nous constatons que notre région ne figure pas parmi les premières du pays", a fait observer Albert Flindé.

 

Ce pourquoi, à l'en croire, les responsables des structures décentralisées (conseils de régions et communes) de la région des 18 montagnes ont convenu du besoin de l’accompagnement du PASS.

 

"Il est question, par ailleurs, de faire en sorte que les communautés bénéficiaires de ces initiatives de développement, soient associées et s’approprient leur mise en œuvre", a-t-il ajouté.

 

Le ministre-Gouverneur Albert Flindé, pour corroborer ses dires, a annoncé que le lancement officiel de cette convention aura lieu dans les semaines à venir, dans un village de Bangolo.

 

"C’est un partenariat de 03 ans, renouvelable, avec un bilan annuel de suivi et évaluation", a indiqué Albert Flindé.

 

Quant au Directeur général du PASS, Jean-Victor Ayité, représentant la seconde partie, l’occasion lui a été donnée de rappeler la vocation du PASS d’être un pôle d’expertise en santé publique, protection sociale et en développement durable. En cela, il a confirmé que les axes   d’accompagnement, dans le cadre de cette convention, vont prendre en compte les études et la localisation des Objectifs de développement durable (ODD) étant une question complexe nécessitant une approche, en termes d’expertise.

 

 "Le PASS saura donc mobiliser les expertises qu’il faut pour accompagner le district autonome des montagnes. Au niveau des partenariats techniques et financiers, nous avons la chance au niveau du PASS de pouvoir créer des ponts entre les partenaires du nord et ceux du sud", a-t-il garanti.

 

Selon lui, c’est un levier qui sera activé dans le cadre de l’expertise à mobiliser dans les domaines de la santé publique, le développement durable et la protection sociale.

 

"Nous souhaitons nous mettre aux côtés du district autonome des montagnes pour créer les synergies nécessaires, afin de crédibiliser notre démarche de mobilisation de financement", a déclaré le DG du PASS, Jean-Victor Ayité.

 

Justifiant le choix de ce district parmi tant d’autres, le DG du PASS a fait remarquer qu'il y avait au préalable, comme sus mentionné par le ministre Albert Flindé, le souhait pour le PASS d’apporter son expertise dans une région où l’impact de l’IDH serait notable. La deuxième raison serait politique, à savoir la réalité d’un engagement politique assez prononcé des élus locaux.

 

"Les ingrédients étaient donc réunis, pour que nous nous dirigions dans cette région, pour démarrer notre appui au niveau de la Côte d’Ivoire. Le secteur immédiat est celui de la santé-protection sociale. Un couple indissociable, à partir duquel, nous espérons accompagner les efforts du gouvernement notamment en matière de couverture maladie universelle en zone rurale", a conclu le DG du PASS, Jean-Victor Ayité.