Le 9 août 2021, Laurent Gbagbo, fondateur du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) annonçait la création d’un nouveau parti politique. Suite à cette décision, Pascal Affi N’guessan, président de cette formation politique est monté au créneau, traitant son ancien camarade de lutte de dictateur au cours d’une conférence de presse tenue le samedi dernier à Abidjan. Affi a entériné "la rupture" avec le Président Gbagbo. Les médias ivoiriens, ce lundi 16 août 2021, en ont fait un large écho.


"Affi traite Gbagbo de vampire, imposteur, dictateur et d’autocrate", affiche Le Jour à sa Une. Le quotidien ne s’arrête pas là, il va en profondeur et dévoile : "Ce sont les militants sans convictions qui le suivront".


Un autre clin d’œil du côté de L’Expression qui titre "Affi N’guessan démystifie Gbagbo". Ce journal proche du parti au pouvoir indique par ailleurs que c’est une "guerre chez les socialistes". Poursuivant, le quotidien relate les propos de Affi : "Nous avons perdu le pouvoir en 2010 parce que nous n’avons pas été à la hauteur". Même son de cloche pour le quotidien Le Matin qui barre à sa Une "Affi explose le mythe de Gbagbo".


Le Patriote qui ne s’est pas fait conter cette conférence de presse du samedi, signe "Affi bastonne Gbagbo !". Il ajoute aussi "Les ivoiriens découvrent un monarque en lieu et place d’un démocrate".


Pour L’Inter, "Affi exclut Gbagbo du FPI et déclare : je suis dans autre chose". Et pour boucler la boucle le quotidien Le Sursaut vient enfoncer le clou "Le One man show de Affi N’guessan", "le Président Gbagbo ne fait plus partie du Front populaire ivoirien", souligne le journal.