Le salon international de sécurité et de défense, ShieldAfrica, a ouvert ses portes le mardi 8 juin 2021 à Abidjan. Parmi les exposants, la Police Nationale à travers la Direction Informatique des Traces Technologiques DITT). Présent avec ses agents à leur stand, le Colonel Guelpétchin Ouattara, Directeur de l’Informatique et des Traces Technologiques au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, a tenu à rassurer sur les capacités dont dispose la Police pour sécuriser les Ivoiriens.


"Notre présence à ShieldAfrica, c’est pour dans un premier temps, rassurer les Ivoiriens sur les capacités techniques dont dispose la Police pour les sécuriser ; et deuxièmement accentuer la coopération avec les autres pays pour se bonifier et pour pouvoir diffuser l’expérience qu’on a acquise au cours des années dans la sous-région" indique le Colonel Ouattara.


En effet, face aux grands enjeux (terrorisme, sécurité urbaine), le patron de la DITT a décidé de partager les expériences de sa direction et de s’inspirer des bons exemples venus d’ailleurs.

La Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT) a été créée par décret en 2007. Elle a en charge la lutte contre la cybercriminalité, ainsi que le soutien technologique aux investigations et aux opérations. Elle réunit 3 sous-structures : la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC), le Centre de Fusion et d’Analyse de données (CFAD) et le Poste de Commandement Central (PCC).


Au sein de la DITT, c’est la PLCC, créée en 2011, qui est au contact des citoyens qui sont victimes d’acte de cybercriminalité et tout ce qui est crime technologique. "On reçoit les plaintes, on enquête on fait des interpellations et on défère au parquet. Que les Ivoiriens nous fassent confiance" martèle le Directeur de l’Informatique et des Traces Technologiques. Grâce à un partenariat, on retrouve à la PLCC des fonctionnaires de Police et des agents de l’Autorité de Régulation des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI).


Le Centre de Fusion et d’Analyse de données (CFAD), est un soutien aux investigations. Il apporte tout l’appui technologique aux services d’investigation que sont la Police Criminelle, la Police des Drogues, les Douanes, la Gendarmerie, et tous ceux qui mènent des enquêtes judiciaires. "Quand il y a des problématiques de technologie, ces services vont s’adresser aux analystes de la DITT pour pouvoir leur permettre d’engranger le maximum de bénéfice sur toutes les données numériques collectées dans le cadre d’une enquête" explique le Colonel Ouattara.


Quant au Poste de Commandement Central (PCC), il a en charge les opérations comme la sécurisation de site, la gestion de manifestations publiques, la surveillance d’évènements d’envergure, le trafic routier, les alertes, l’assistance au secours pour les personnes en détresse etc. Le Colonel Ouattara nous explique son fonctionnement : "La plateforme Alertes 100, c’est un centre d’opérations ouvert au grand public pour émettre des alertes et qui permet ensuite de piloter les opérations de secours pour résoudre les alertes signalées par le grand public. Au sein de ce centre, il y a trois capteurs : la vidéo protection, le centre d’appel vocal (numéro unique vert le 100) et le monitoring des réseaux sociaux. L’ensemble de ces 3 capteurs permet de confirmer des appels de détresse et de piloter des opérations de secours depuis l’appel jusqu’à la résolution du cas. C’est le soutien qu’on apporte aux opérations, c’est pour ça que vous voyez des caméras dans la ville".


Pour mener à bien ses missions, la DITT emploie des analystes, opérateurs vidéo, pilotes de drone. "On n’est pas obligé d’être informaticien pour travailler à la DITT. Néanmoins, il faut être agent de la Police Nationale et postuler pour la DITT. En fonction de vos capacités, l’on va vous affecter à ce service. A défaut, il faut être agent de l’ARTCI affecté à la DITT" précise le Colonel Ouattara.


Quatorze ans après sa création, la DITT a réussi à s’imposer comme un rempart sûr pour les populations. Son expertise est reconnue au-delà des frontières ivoiriennes. Pour rappel, le Colonel Guelpétchin Ouattara est un Officier de la Gendarmerie Nationale. Spécialiste en technologies numériques, sécurité informatique, intelligence artificielle, il est diplômé de plusieurs écoles étrangères : Canadian Police College d’Ottawa (Canada), Ecole de la Police Nationale de Tokyo (Japon), Centre de Hautes Etudes du Ministère de l’Intérieur de Paris (France), FBI National Academy de Quantico (USA), etc.