La Secrétaire d’Etat chargée de la Protection Sociale, Clarisse Kayo Mahi a rencontré ce jeudi 10 juin, à son cabinet à Abidjan, les responsables des mutuelles sociales immatriculées en Côte d’Ivoire. Au cours de cette réunion de prise de contact et de présentation de ses attributions, Clarisse Kayo Mahi a souhaité que la mutualité soit un pilier fort de l’extension de la protection sociale en Côte d’Ivoire.


A en croire la Secrétaire d’Etat, les mutuelles sont des associations qui sont proches des couches sociales, donc elles peuvent apporter un appui à l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique de la protection sociale. Il s’agit notamment de la mise en œuvre de la couverture maladie universelle.


"J’ai reçu ces responsables ce matin pour leur passer ce message pour dire que l’Etat de Côte d’Ivoire compte sur leurs soutiens, appuis et surtout sur une gestion saine de leur portefeuille afin qu’une plus grande partie de la population bénéficie de la protection sociale", a-t-elle indiqué.


Bien que les mutuelles existent depuis longtemps dans le fonctionnement de l’administration ivoirienne, leurs actions souffrent de visibilité. C’est, selon l’ex-DGA de la Caisse nationale de la prévoyance sociale (CNPS), le défi du nouveau Secrétariat d’État. Il sera question de mettre en exergue toutes les activités des mutuelles, afin que les populations sachent qu’il existe des structures qui peuvent les aider à prendre en compte les risques auxquels elles sont exposées.


"Nous avons plusieurs types de mutuelles, mais ici nous parlons de mutualité sociale. Les mutuelles qui sont bien organisées qui offrent des prestations au niveau social et de la santé. Si une structure offre des prestations à ces deux niveaux-là, c’est la protection qui gagne", a-t-elle fait savoir.


Par ailleurs, en termes de perspectives à venir, la Secrétaire d’Etat chargée de la Protection Sociale entend mettre en place, de concert avec ses collaborateurs, un cadre permanent d’échanges aux fins de partager cette vision commune.


Dans cet ordre d’idées, la Directrice générale de l’Agence ivoirienne de la régulation de la mutualité sociale (AIRMS), Koné Collette, a indiqué à juste titre que, cette rencontre entre la Secrétaire d’Etat et les mutuelles immatriculées en Côte d’Ivoire est le fruit du travail que sa direction a effectué depuis quelques années. "Nous nous réjouissons de ce que cette vision épouse celle que nous développions déjà au niveau de ces mutuelles sociales", a-t-elle révélé. 


Faisant l’état des lieux de la régulation de la mutualité sociale, la DG de l’AIRMS, Koné Collette, a déclaré qu’il existe 45 mutuelles sociales immatriculées dans le registre national d’immatriculation de la Côte d’Ivoire et 1500 000 bénéficiaires qui sont couverts par les produits des mutuelles sociales.


Selon elle, il faut également que la règlementation communautaire qui existe et codifie la mutualité sociale dans l’espace UEMOA soit connue. Et ce, afin que les mutuelles se mettent en règle pour que la protection sociale soit une réalité en Côte d’Ivoire.