Les activités de la Ligue africaine des blogueurs et cyber-activistes pour la démocratie (AfricTivistes) vont bientôt reprendre. Elles vont redémarrer avec le lancement de la deuxième édition de la Local initiative for justice (LIFJ), le 5 août prochain, selon une note dont RTI.info a reçu copie.


A cet effet, l’association Villageois 2.0, sise à Labé, va organiser le 5 août 2021, un atelier autour du thème : "Tribune d’expression des droits de l'homme : Quels défis à relever pour la protection des droits de l’homme dans nos communautés ?".


Ce sera l’occasion de poser le débat sur, entre autres questions, les mécanismes de la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples (CADHP) en ce qui concerne la protection des droits et libertés.


Au cours de cet atelier, il sera aussi question d’outiller tous les participants sur les mécanismes de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples pour l’efficience de la protection des droits de l’homme et des libertés publiques en République de Guinée.


 Pour cette deuxième édition, 5 projets de pays différents ont été retenus après appel à projets sur une trentaine de candidatures.


 En plus de « Voix et Actions Citoyennes » (Bénin) et Villageois 2.0 (Guinée), d’autres organisations devront à leur tour dérouler leur projet. Il s’agit de l’Association des Blogueurs de Guinée - ABLOGUI, du Centre d'Éducation aux Droits de l 'Homme et des Peuples (CEDHOP) (Niger), et de l’Association des Blogueurs Centrafricains (ABCA).


Ils abordent tous des questions liées à la justice et traitent aussi du rôle et des mécanismes de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP).

 Pour rappel, lors de la première édition de la Local Initiative For Justice (LIFJ), trois pays de l’Afrique du centre (Congo, Cameroun et Gabon) et deux pays de l’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire et Burkina Faso) avaient pu bénéficier du LIFJ.


À travers le programme ICT4Justice, AfricTivistes veut aider les populations à comprendre davantage les missions, rôles et le travail de la Commission.

Il vise également à mettre en place un cadre de dialogue, d’échange, de discussion et de débat autour des problématiques de droits de l’homme et des peuples.

En sus, il participe à renforcer l’indépendance et l'intégrité de la CADHP face aux menaces du Conseil exécutif de l’Union africaine.