PUBLICITE

Ban_Cash RTI

JO de Tokyo: Djokovic pas sûr de participer si le public est absent

Publié le 27 mai 2021 à 16:30 Modifié le 29 sept. 2022 à 15:34

  • JO de Tokyo: Djokovic pas sûr de participer si le public est absent

Le N.1 mondial de tennis, Novak Djokovic, a déclaré jeudi qu'il reconsidérerait sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) si le public n'était pas autorisé, afin de minimiser les risques sanitaires liés au Covid-19.

Le N.1 mondial de tennis, Novak Djokovic, a déclaré jeudi qu'il reconsidérerait sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) si le public n'était pas autorisé, afin de minimiser les risques sanitaires liés au Covid-19.

 

"Je prévois de jouer aux Jeux olympiques, si les spectateurs sont autorisés. Si ce n'est pas le cas, j'y réfléchirai à deux fois avant de participer", a déclaré le Serbe en conférence de presse après sa qualification pour les demi-finales du tournoi de Belgrade.

 

Les organisateurs des JO de Tokyo ont d'ores et déjà interdit les spectateurs étrangers et une décision concernant la présence du public local est attendue pour la fin juin. 

 

Djokovic n'est pas la première star du tennis à exprimer des doutes quant à sa participation aux Jeux olympiques. Le N.3 mondial, Rafael Nadal, et Serena Williams, victorieuse de 23 titres du Grand Chelem, ont récemment déclaré qu'ils n'étaient pas sûrs de participer aux Jeux.

 

L'ancien N.1 mondial Roger Federer avait lui estimé que les athlètes avaient besoin d'une décision ferme sur le maintien de l'événement, ajoutant qu'il était encore hésitant. 

 

Les stars japonaises Naomi Osaka et Kei Nishikori se sont toutes deux interrogées sur l'opportunité même de maintenir les Jeux à Tokyo, déjà reportés d'un an en raison de la pandémie.

 

Plusieurs régions du Japon sont en état d'urgence en raison d'une recrudescence des infections, et le public japonais est largement opposé à la tenue des Jeux cet été. Des groupes médicaux ont prévenu que cet événement de masse pourrait introduire de nouveaux variants au Japon et mettre à rude épreuve les ressources médicales alors que le pays lutte contre une nouvelle vague du virus.